Discussion:
le temps
(trop ancien pour répondre)
ojo
2004-08-17 19:43:17 UTC
Permalink
qu'elle est la vitesse du temps ?
Yves Accard
2004-08-17 19:56:16 UTC
Permalink
Post by ojo
qu'elle est la vitesse du temps ?
Bonsoir
Et bien c'est la votre, selon que vous prenez "votre" temps ou que
vous êtes "pressés"
Yves accard
ojo
2004-08-18 06:44:42 UTC
Permalink
Post by Yves Accard
Post by ojo
qu'elle est la vitesse du temps ?
Bonsoir
Et bien c'est la votre, selon que vous prenez "votre" temps ou que
vous êtes "pressés"
Yves accard
être pressé ça signifie alors ne plus être dans son temps .
il y une relation entre le temps psychologique et l'horloge .
d'autres diraient notre esprit et l'heure du monde .
comment se mettre à l'heure ?
en fait je songeais -encore un mens songe -
que le temporel n'était qu' un "arrêt" de l'éternel
dans quelque chose .
que cet arrêt même était créateur, facteur de conscience ,
des consciences devait-on dire (celle de pierre, paul, ou jacques ou d'un
escargot sont toutes uniques et ne peuvent se saisir que dans une conscience
unique )

d'où l'idée : la vitesse du temps ,
ne serait-ce pas une lumière plus ou moins phase avec celle d'une
conscience unique ?
ojo
RAY
2004-08-19 15:12:52 UTC
Permalink
d'une conscience unique ?
ojo

OUI, celle des cons
Post by ojo
Post by Yves Accard
Post by ojo
qu'elle est la vitesse du temps ?
Bonsoir
Et bien c'est la votre, selon que vous prenez "votre" temps ou que
vous êtes "pressés"
Yves accard
être pressé ça signifie alors ne plus être dans son temps .
il y une relation entre le temps psychologique et l'horloge .
d'autres diraient notre esprit et l'heure du monde .
comment se mettre à l'heure ?
en fait je songeais -encore un mens songe -
que le temporel n'était qu' un "arrêt" de l'éternel
dans quelque chose .
que cet arrêt même était créateur, facteur de conscience ,
des consciences devait-on dire (celle de pierre, paul, ou jacques ou d'un
escargot sont toutes uniques et ne peuvent se saisir que dans une conscience
unique )
d'où l'idée : la vitesse du temps ,
ne serait-ce pas une lumière plus ou moins phase avec celle d'une
conscience unique ?
ojo
R.V. Gronoff
2004-08-17 20:08:07 UTC
Permalink
Post by ojo
qu'elle est la vitesse du temps ?
Question inepte.
diegel
2004-08-18 09:57:50 UTC
Permalink
Non. La vitesse du temps est la vitesse de la lumière.
JKB
2004-08-18 10:00:40 UTC
Permalink
Le 18-08-2004, à propos de
Re: le temps,
Post by diegel
Non. La vitesse du temps est la vitesse de la lumière.
Non. Mais on n'est pas sur un forum de science, donc je n'irais pas
plus loin.

Cordialement,

JKB
diegel
2004-08-18 10:34:27 UTC
Permalink
Vous me donnerez en deux lignes votre avis sur cette question de la vitesse
du temps.
Il n'est pas de bon philosophe qui ne sache pas synthétiser un propos, même
issu de disciplines dont il n'est pas spécialiste. Le philosophe est l'homme
des généralités heureuses, je me dois de vous le rappeler tout en vous
infligeant un premier avertissement, pour attitude anti-philosophique.
Flo.
2004-08-18 14:52:04 UTC
Permalink
Post by diegel
Il n'est pas de bon philosophe qui ne sache pas synthétiser un propos, même
issu de disciplines dont il n'est pas spécialiste.
De la a raconter n'importe quoi...
Il n'est pas de bon philosophe qui ne soit capable de synthetiser, certes,
mais il existe un bon nombre de gens capables de synthetiser n'importe quoi
(c'est plus facile).

En resume, vous vous trompezde bout de la lorgnette, mon brave.

Flo.
diegel
2004-08-18 15:37:41 UTC
Permalink
diegel n'a pas besoin de bouffon, il est son propre bouffon.
R.V. Gronoff
2004-08-18 23:19:44 UTC
Permalink
Post by diegel
diegel n'a pas besoin de bouffon, il est son propre bouffon.
Même chose pour le pq ?
no
2004-08-18 11:25:50 UTC
Permalink
Bonjour,
Post by JKB
Post by diegel
Non. La vitesse du temps est la vitesse de la lumière.
Non. Mais on n'est pas sur un forum de science,
donc je n'irais pas plus loin.
fr.sci.philo

sci?
Societe civile immobiliere?


Cordialement,


no.
JKB
2004-08-18 11:28:04 UTC
Permalink
Le 18-08-2004, à propos de
Re: le temps,
Post by no
Bonjour,
Post by JKB
Post by diegel
Non. La vitesse du temps est la vitesse de la lumière.
Non. Mais on n'est pas sur un forum de science,
donc je n'irais pas plus loin.
fr.sci.philo
sci?
Societe civile immobiliere?
La philosophie n'est pas ce que j'appellerais une science dure et je
pense que ce n'est pas le lieu pour parler des indices de réfraction
des milieux et de la propagation des ondes.

Cordialement,

JKB
no
2004-08-18 11:55:16 UTC
Permalink
Post by JKB
Post by no
Post by JKB
Non. Mais on n'est pas sur un forum de science,
donc je n'irais pas plus loin.
fr.sci.philo
sci?
Societe civile immobiliere?
La philosophie n'est pas ce que j'appellerais une science dure
Je suis d'accord. C'est le moins que l'on puisse dire...
Post by JKB
et je pense que ce n'est pas le lieu pour parler des indices
de réfraction des milieux et de la propagation des ondes.
Restez poli siouplait! Sans aller jusque la, on peut dire que la vitesse
etant le rapport d'une longueur et d'une duree (dans la representation
classique, hein!), cette question revient a se demander quelle distance
parcourt le temps sur un intervalle temporel donne en supposant sa vitesse
constante. A priori, ca n'a pas de sens et pourtant on parle bien de fleche
du temps. Aussi, dans le delire, je propose 4c pour la vitesse du temps si
l'on specule sur une boucle spatio-temporelle sous l'echelle de Planck et c
dans le cas ou l'on decide de rester au-dessus (notez que lorsque j'ecris
'c', je ne parle pas de la celerite de la lumiere dans le vide, mais du
rapport (longueur de Planck)/(temps de Planck)!).
Bon... On peut aussi parler du temps subjectif (dont la vitesse contextuelle
n'est pas constante) ou du temps qu'il fait (ou la vitesse est surtout lie a
l'anemotechnique).

Ok, je sors...


Cordialement,


no.
Flo.
2004-08-18 14:54:43 UTC
Permalink
Post by no
cette question revient a se demander quelle distance
parcourt le temps sur un intervalle temporel donne en supposant sa vitesse
constante.
Sans compter que je vois mal ce qui pourrait nous laisser le droit de
supposer que le temps s'ecoule la la meme "vitesse" partout. Si ca n'est pas
le cas, alors la question devient "A quelle vitesse roule une voiture?" Y'a
au moins une reposne : ca depend :)
Post by no
Cordialement,
no.
Flo.
JKB
2004-08-18 15:13:47 UTC
Permalink
Le 18-08-2004, à propos de
Re: le temps,
Post by Flo.
Post by no
cette question revient a se demander quelle distance
parcourt le temps sur un intervalle temporel donne en supposant sa vitesse
constante.
Sans compter que je vois mal ce qui pourrait nous laisser le droit de
supposer que le temps s'ecoule la la meme "vitesse" partout. Si ca n'est pas
le cas, alors la question devient "A quelle vitesse roule une voiture?" Y'a
au moins une reposne : ca depend :)
M'sieur l'agent, l'aiguille du compteur de ma DS a une oscillation
de plus ou moins 10 km/h. Comment ça, vous m'avez chronométré à 145
km/h ? ;-)

Cordialement,

JKB, fatigué...
no
2004-08-18 15:21:08 UTC
Permalink
Bonjour,
Post by Flo.
Post by no
cette question revient a se demander quelle distance
parcourt le temps sur un intervalle temporel donne
en supposant sa vitesse constante.
Sans compter que je vois mal ce qui pourrait nous laisser
le droit de supposer que le temps s'ecoule la la meme
"vitesse" partout.
Post by no
(dans la representation classique, hein!)
Si ca n'est pas le cas, alors la question devient
"A quelle vitesse roule une voiture?"
Y'a au moins une reposne : ca depend :)
Je ne vous le fais pas dire! Enfin, si, mais bon...


Cordialement,


no.
Rubato
2004-08-18 17:40:33 UTC
Permalink
Post by no
Sans aller jusque la, on peut dire que la vitesse
etant le rapport d'une longueur et d'une duree (dans la representation
classique, hein!), cette question revient a se demander quelle distance
parcourt le temps sur un intervalle temporel donne en supposant sa vitesse
constante. A priori, ca n'a pas de sens et pourtant on parle bien de fleche
du temps.
C'est quoi le temps sinon une dimension "imaginaire" à laquelle on associe
un état de l'espace ? Un objet ne peut, sauf don d'ubiquité, se trouver en
deux endroits séparés au même moment. Il lui faut du temps pour se
déplacer d'un endroit à un autre. Le temps est donc le support de toute
dynamique.

On mesure le temps grâce à une horloge, laquelle compte le nombre de
périodes dans un système oscillant. On décide que n oscillations définit
une unité de temps. En réalité, on n'a pas mesuré le temps mais un nombre
de périodes. Le temps, en soi, n'est pas mesurable sans rapport à
l'espace. Le temps est une dimension de l'espace. Une dimension n'a pas de
vitesse. Ce n'est pas un objet qui se déplace, c'est une "qualité" de
l'espace.


--

--
0% de pub! Que du bonheur et des vrais adhérents !
Vous aussi inscrivez-vous sans plus tarder!!
Message posté à partir de http://www.gyptis.org, BBS actif depuis 1995.
no
2004-08-18 20:07:34 UTC
Permalink
Bonsoir Rubato,
Post by Rubato
Post by no
Sans aller jusque la, on peut dire que la vitesse
etant le rapport d'une longueur et d'une duree (dans la
representation classique, hein!), cette question revient
a se demander quelle distance parcourt le temps sur un
intervalle temporel donne en supposant sa vitesse constante.
A priori, ca n'a pas de sens et pourtant on parle bien de
fleche du temps.
Allons bon!
M'enfin, sire Rubato! On se connait! Que me vaut cette attaque?
Il est vrai que depuis que je n'emploie plus mes <sourire> (moins du moins),
je peux comprendre que l'on ne discerne plus la plaisanterie de la
seriosite! J'avais pourtant laisse trainer deux trois choses inconsistantes
pour conclure legerement...
Post by Rubato
C'est quoi le temps sinon une dimension "imaginaire"
à laquelle on associe un état de l'espace ?
Imaginaire a la maniere des jumeaux? Complexe, je veux dire...
Post by Rubato
Un objet ne peut, sauf don d'ubiquité, se trouver en
deux endroits séparés au même moment.
Je ne vois pas le rapport.
Post by Rubato
Il lui faut du temps pour se déplacer d'un endroit à un autre.
Euh... Tu lis le thread "uni vers"? Moi, je lis fr.sci.physique.
Post by Rubato
Le temps est donc le support de toute dynamique.
Voyons, voyons... Ou ai-je perdu cela? Ah! Voila :

" Une feuille tombe. Que cache cette partie du monde qui s'ébranle?

Le temps, l'aspect dynamique de mon univers, sans lequel la notion de
changement n'aurait de sens. Le temps se fige et avec lui, la feuille dans
sa chute.
La feuille possède une forme, une taille et une position dans le monde qui
l'entoure. Ces propriétés reflètent l'espace, l'aspect géométrique de mon
univers, sans lequel la notion d'identité n'aurait de sens.
L'espace et le temps forment le cadre spatio-temporel dans lequel s'exprime
le substrat de mon univers."
Post by Rubato
On mesure le temps grâce à une horloge, laquelle
compte le nombre de périodes dans un système oscillant.
On décide que n oscillations définit une unité de temps.
En réalité, on n'a pas mesuré le temps mais un nombre
de périodes. Le temps, en soi, n'est pas mesurable sans
rapport à l'espace.
Il est meme non-mesurable sans rapport a rien, c'est te dire!
Post by Rubato
Le temps est une dimension de l'espace.
Allons bon! Manquait plus que ca... Donc, comme pour l'espace, on peut aller
et venir dessus sans probleme. Encore une tentative pour baiser Platon?
Post by Rubato
Une dimension n'a pas de vitesse.
Ce n'est pas un objet qui se déplace, c'est une "qualité" de
l'espace.
Ouais...
Et ton metronome? Il va a quelle vitesse dans l'espace d'un tic et d'un tac?

J'ajouterai :
"On s'en fout de la physique si elle sert les jambes chaque fois
qu'on la chatouille un peu ..."

Prout : Je plaisantais (a moitie)!


Amicalement,


no.
Rubato
2004-08-19 07:16:13 UTC
Permalink
Post by no
Bonsoir Rubato,
Bonjour no,
Post by no
Allons bon!
M'enfin, sire Rubato! On se connait! Que me vaut cette attaque?
Où as-tu vu que je t'attaquais ?
Post by no
Il est vrai que depuis que je n'emploie plus mes <sourire> (moins du moins),
je peux comprendre que l'on ne discerne plus la plaisanterie de la
seriosite! J'avais pourtant laisse trainer deux trois choses inconsistantes
pour conclure legerement...
Ai-je été lourd ?
Post by no
Post by Rubato
Un objet ne peut, sauf don d'ubiquité, se trouver en
deux endroits séparés au même moment.
Je ne vois pas le rapport.
Certains sont capables d'ubiquité. Le christ dit-on et certaines
particules subatomiques. Peut-être qu'il existe un monde sans le temps.
C'était juste pour situer la discussion.
Post by no
Post by Rubato
Il lui faut du temps pour se déplacer d'un endroit à un autre.
Euh... Tu lis le thread "uni vers"? Moi, je lis fr.sci.physique.
Ca m'arrive aussi. Je vais où me portent mes affinités. "uni vers", j'ai
lu un peu (pas tout) et je pensais que c'était un truc entre toi et oJo.
Post by no
Post by Rubato
Le temps est donc le support de toute dynamique.
" Une feuille tombe. Que cache cette partie du monde qui s'ébranle?
Le temps, l'aspect dynamique de mon univers, sans lequel la notion de
changement n'aurait de sens. Le temps se fige et avec lui, la feuille dans
sa chute.
La feuille possède une forme, une taille et une position dans le monde qui
l'entoure. Ces propriétés reflètent l'espace, l'aspect géométrique de mon
univers, sans lequel la notion d'identité n'aurait de sens.
L'espace et le temps forment le cadre spatio-temporel dans lequel s'exprime
le substrat de mon univers."
Oui, j'ai lu ça. C'est juste.
Post by no
Post by Rubato
On mesure le temps grâce à une horloge, laquelle
compte le nombre de périodes dans un système oscillant.
On décide que n oscillations définit une unité de temps.
En réalité, on n'a pas mesuré le temps mais un nombre
de périodes. Le temps, en soi, n'est pas mesurable sans
rapport à l'espace.
Il est meme non-mesurable sans rapport a rien, c'est te dire!
Sans rapport à rien ? Que veux-tu dire ?
Post by no
Post by Rubato
Le temps est une dimension de l'espace.
Allons bon! Manquait plus que ca... Donc, comme pour l'espace, on peut aller
et venir dessus sans probleme. Encore une tentative pour baiser Platon?
C'est pas ce que j'ai voulu dire. On ne se balade pas dans une dimension.
Même pas pour baiser Platon.
Post by no
Post by Rubato
Une dimension n'a pas de vitesse.
Ce n'est pas un objet qui se déplace, c'est une "qualité" de
l'espace.
Ouais...
Et ton metronome? Il va a quelle vitesse dans l'espace d'un tic et d'un tac?
Je n'utilise pas de métronome. As-tu remarqué mon pseudo ? C'est Rubato.
Tu sais ce que ça signifie en musique ?
Post by no
"On s'en fout de la physique si elle sert les jambes chaque fois
qu'on la chatouille un peu ..."
Ce n'est pas moi qui dirait le contraire.
Post by no
Amicalement,
Itou.


--

--
0% de pub! Que du bonheur et des vrais adhérents !
Vous aussi inscrivez-vous sans plus tarder!!
Message posté à partir de http://www.gyptis.org, BBS actif depuis 1995.
no
2004-08-19 07:43:51 UTC
Permalink
Bonjour Rubato,
Post by Rubato
Post by no
Que me vaut cette attaque?
Où as-tu vu que je t'attaquais ?
La part a no a l'heure de l'apero...
Post by Rubato
As-tu remarqué mon pseudo ? C'est Rubato.
Tu sais ce que ça signifie en musique ?
Maintenant, oui.


Amicalement,


no.
diegel
2004-08-18 15:39:38 UTC
Permalink
Merci de cesser de jouer au mariole ici, cher JKB. Quand on a rien à dire,
la meilleure chose est encore de le faire savoir avant que de se réfugier
dans un silence prudent.
R.V. Gronoff
2004-08-18 23:19:07 UTC
Permalink
Post by diegel
Non. La vitesse du temps est la vitesse de la lumière.
Réponse inepte itou.
Enurésiaque
2004-08-17 20:09:06 UTC
Permalink
Post by ojo
qu'elle est la vitesse du temps ?
------------------------------
Ah, vous voulez que nous nous ébattions, euh que nous débattions du temps ?
Vous le souhaitez comment ? genre sentimentique et poétal, faisant du temps
un complice, ou genre philosophe ...pressé par le temps ?

Laissons le philosophe et poétiquons ..

Prendre le temps ?

Le temps ignore ce qui se fait sans lui,
Certes, mais lui que fait-il sinon attendre ?
D'un tic-tac à l'autre, il pousse l'ennui,
Vieux matin, le cuir dur, au cour tendre.

Il se détend dans l'attente qu'on le tente,
Malicieux, telle une montre à glousser,
Il impose son rythme, crée la mésentente
Pour se rire des gens par trop pressés.

Comme aux temps des royaumes d'antan,
Faut-il accepter son pouvoir absolu ?
Non le temps n'en demande pas autant,
Il aime qu'on le prenne, en homme résolu.

A qui le veut, il montre ses talents à aiguilles,
Subtils jeux de maint rouages et ressorts,
Pour s'affoler comme un ban d'anguilles,
Ou telle une reine avec le Prince consort

Me moque-je d'un pauvre temps qui passe ?
Non, on ne peut d'un ami être l'hagiographe
Mais quand il sera temps que je trépasse,
Fidèle, il sera là pour lire mon épitaphe :

"Et Rosse, il a vécu ce que vivent les rosses,
L'espace d'un dédain."

+<:o)
PS si vous voulez la version philo ... possible, mais il ne faudra pas venir
vous plaindre ensuite :o)
ojo
2004-08-18 06:47:13 UTC
Permalink
Post by Enurésiaque
Post by ojo
qu'elle est la vitesse du temps ?
+<:o)
PS si vous voulez la version philo ... possible, mais il ne faudra pas venir
vous plaindre ensuite :o)
version philo, pourquoi m'en plaindrai-je en tant que philomane ?
il y a des bonnes oreilles sur les ondes
et si moi, je suis las de ce temps qui ne va pas
à la vitesse de la lumière
comme s'il avait été plongé dans un ralentisseur
je crois quand même que les heures
ont bien de la patience .

amicalement
ojo
Enurésiaque
2004-08-19 09:34:18 UTC
Permalink
Post by ojo
Post by Enurésiaque
Post by ojo
qu'elle est la vitesse du temps ?
+<:o)
PS si vous voulez la version philo ... possible, mais il ne faudra pas
venir
Post by Enurésiaque
vous plaindre ensuite :o)
version philo, pourquoi m'en plaindrai-je en tant que philomane ?
il y a des bonnes oreilles sur les ondes
et si moi, je suis las de ce temps qui ne va pas
à la vitesse de la lumière
comme s'il avait été plongé dans un ralentisseur
je crois quand même que les heures
ont bien de la patience .
amicalement
ojo
---------------------------------------
Rappelons encore et tjr que nos représentations du monde, ne sont pas ce
qu'il est, mais ce que nous pensons qu'il est, le tout mâtiné d'une bonne
dose d'imagination, parfois ... galopante, que l'on tente de domestiquer par
la rigueur d'une logique causale, mais est-ce que les mêmes causes
engendrent tjr les mêmes effets ?

Le temps fait partie de notre système de représentation, et ce temps là
n'existe pas dans le "monde réel". Ce temps là est déduit (et nécessaire)
dans notre représentation "corpusculaire" du monde, où les interactions sont
des ..."corps à corps". Imaginons un instant que le monde soit ..."fluide",
que les systèmes que nous identifions comme des "corps" ne soient que des
"états particuliers de l'espace lui-même", avec pour analogie l'observation
dans l'espace "océan", de tourbillons, de courants, d'ondes, etc. Dans cet
exemple il ne viendra l'idée à personne de dissocier un tourbillon de son
espace local. Dans cet exemple on comprend le distinguo entre ces deux
propositions : un tourbillon DANS l'espace et un tourbillon DE l'espace. La
proposition vraie est un tourbillon DE l'espace, car le "corps" et son
espace sont consubstantiels.

Dans cette représentation "fluide", tout n'est que processus d'interaction
(si et seulement si les conditions nécessaires sont réunies) et "célérité"
des processus. Cette "célérité" (Rapidité, promptitude dans une action, une
exécution.) on le voit bien, est "conditionnée et contingente. Pour comparer
ces célérités, des "constantes" nous sont nécessaires, alors nous imaginons
un processus de référence, d'une célérité "monotone", débarrassée de toutes
contingences : une horloge. Mais voila que notre horloge n'est monotone que
dans notre représentation de l'espace, mais pas dans l'espace réel où nous
l'utilisons, voila que notre horloge subit les conditions de son espace
d'utilisation, alors nous inventons une notion "d'espace-temps". Mais est-ce
à dire que cette horloge emmène avec elle son espace ? La physique classique
dit que oui, arguant d'un "référentiel absolu", la physique relativiste dit
que non, en définissant des notions de contraction ou de dilatation du temps
lors des changements de référentiel. Est-ce les bases de temps qui varient
de la sorte, ou est-ce la célérité des processus s'effectuant dans des
espaces différents, avec des conditions d'espace différentes ? S'il l'on
peut accélérer ou ralentir un processus en modifiant ses paramètres, il
tombe sous le sens que l'on ne modifiera en rien sa célérité en bricolant l'
horloge.

Ainsi les conditions d'espace apparaissent-elles comme déterminantes dans le
processus physique et dans le système de représentation nous exprimons sa
célérité en comparaison d'une célérité de référence. Cette comparaison c'est
le temps, notion artificielle qui n'existe que dans le système de
représentation. Pour être en correspondance avec le monde réel, nous devons
composer une notion d'espace-temps. Ce n'est pas simplement ajouter une 4°
dimension de temps aux 3 dimensions d'espace géométrique, car ces 3
dimensions d'espace géométrique sont insuffisantes pour définir l'espace
physique. Gardons bien à l'esprit qu'il y a d'une part le monde physique et
d'autre part le(s) système(s) de représentation. Ainsi ce dernier peut
nécessiter un espace géométrique polydimensionnel, et il faut se garder de
chercher « concrètement » toutes ces dimensions dans l'espace physique,
comme des énième longueur qui se cacheraient derrière les dimensions
habituelles. Les 3 dimensions d'espace géométrique délimitent un espace «
vide », alors que l'espace physique n'est pas vide, il demande que l'on
connaisse la densité à l'intérieur et à l'extérieur du volume délimité, il
demande d'en connaître l'activité interne (dont la température exprime le
degré d'activité), il demande de connaître la célérité du processus actif
dans cet espace physique (que l'on exprime comme un temps de confinement).
Vous voyez bien que les 3 dimensions de l'espace géométrique et le temps
utilisés dans le système de représentation sont insuffisants pour exprimer
la réalité de l'activité de l'espace physique. De plus le système de
représentation (géométrique) est « tiré au cordeau », alors que l'espace
physique est fluide et turbulent, par analogie il s'agit de « décrire un
rond de fumée ». Sa seule forme géométrique est insuffisante, et d'autres
aspects doivent être représentés, l'ensemble des représentations étant rendu
cohérent par un système unitaire. Ainsi cet espace-temps est une «
construction » dans le système de représentation, où il est représenté par
un « quadrivecteur d'espace-temps » ou encore comme un « tenseur d'
espace-temps ». En fait l'espace physique doit être considéré comme « l'
extension spatiale » d'un .phénomène physique ayant une célérité propre.
Étendre l'espace géométrique au delà de cette extension spatiale ne sert à
rien, car le phénomène physique n'y existe pas. Dans nos larges
représentations (géométriques), pour délimiter le phénomène physique nous
sommes obligé de parler de « probabilité de présence », « d'incertitudes de
mesure », nous sommes même conduit à l'assimiler à une onde car le
formalisme descriptif du phénomène (qui bien que n'étant pas une onde
physique) ressemble approximativement à celui d'une onde physique. Il y a
similitude entre les représentations, mais pas entre les phénomènes.
Enfin, loin de moi l'idée de critiquer nos systèmes de représentation, car
nous n'avons rien d'autre pour comprendre le monde. Nous savons créer des
systèmes capables de représenter tout l'Univers physique et d'y ajouter
encore plein d'autres choses, mais dans l'autre sens pouvons nous aller vers
le plus en plus petit ? La puissance de ce formalisme, nous indique qu'il y
a une longueur limite (la longueur de Planck), un temps limite (le temps de
Planck). A ces notions relatives au système de représentation on peut se
demander s'il existe un phénomène physique qui aurait pour extension
spatiale la longueur de Planck et dont la célérité dans ses changements d'
états serait le temps de Planck, n'aurions nous pas là, la substance des
substances, la brique fondamentale de l'Univers, ne serait-ce pas là le
fameux boson de Higgs ? +< :o)
ojo
2004-08-19 10:29:15 UTC
Permalink
Post by Enurésiaque
? La puissance de ce formalisme, nous indique qu'il y
a une longueur limite (la longueur de Planck), un temps limite (le temps de
Planck). A ces notions relatives au système de représentation on peut se
demander s'il existe un phénomène physique qui aurait pour extension
spatiale la longueur de Planck et dont la célérité dans ses changements d'
états serait le temps de Planck, n'aurions nous pas là, la substance des
substances, la brique fondamentale de l'Univers, ne serait-ce pas là le
fameux boson de Higgs ? +< :o)
merci vraiment .

entre parenthèse : qui n'oscille entre le oui et le non ? l'abolu et le
relatif ?
accessoirement je trouve que tout est drôle même ce qui parait absurde .
c'est une jubilation de la vie .
zarak
2004-08-17 20:30:45 UTC
Permalink
Environ 60 sec/min
zarak
2004-08-18 12:15:09 UTC
Permalink
La question qui tue, quand même.

Combien mesure un mètre ?
Quel est le volume d'un litre ?
Combien dure une heure ?

Et si l'échelle de référence des longueurs était à coup doublée,
combien mesurerait le nouveau mètre ? 200 centimètres ?

On n'arrête pas le progrès...
Flo.
2004-08-18 15:03:10 UTC
Permalink
Post by zarak
Combien mesure un mètre ?
Le metre est la longueur du trajet parcouru dans le vide par la lumiere
pendant une duree du 1/299792458eme de seconde.
Post by zarak
Quel est le volume d'un litre ?
Un litre a pour volume 1/22.414eme du volum utilise par une mole de gaz
parfait a un temperature de 394.15°K.
Post by zarak
Combien dure une heure ?
Une heure dure 3600 fois la duree de 9'192'631'770 periodes de la radiation
correspondant à la transition entre les deux niveaux hyperfins de l'etat
fondamental de l'atome de cesium 133.

Il suffit de demander.
Post by zarak
Et si l'échelle de référence des longueurs était à coup doublée,
combien mesurerait le nouveau mètre ? 200 centimètres ?
Non, 2 fois la longueur du trajet parcouru dans le vide par la lumiere
pendant une duree du 1/299792458eme de seconde :)

Flo. La question du temps, elle, est mal posee, par contre, ca c'est une
certitude.
zarak
2004-08-18 18:17:28 UTC
Permalink
Post by Flo.
Il suffit de demander.
Suffit de demander à Google.
Sacré Google, va.
Post by Flo.
Post by zarak
Et si l'échelle de référence des longueurs était à coup doublée,
combien mesurerait le nouveau mètre ? 200 centimètres ?
Non, 2 fois la longueur du trajet parcouru dans le vide par la lumiere
pendant une duree du 1/299792458eme de seconde :)
Amusant, mais plus rien à voir avec ma pirouette.
Post by Flo.
Flo. La question du temps, elle, est mal posee, par contre, ca c'est une
certitude.
Elle n'est pas mal posée, elle est complètement absurde. Pour calculer
la vitesse du temps, il faudrait une vitesse d'écoulement du temps de
référence. Et je ne vois absolument pas l'intérêt de proposer une vitesse
d'écoulement de référence puisqu'une minute sera toujours grosso modo
équivalent à 60 secondes, et ce aussi bien aujourd'hui qu'il y a quinze
milliards d'années, et que cette tautologie suffit à toutes nos mesures,
nos modèles mathématiques, nos expérimentations et nos équations.

Ce qui est amusant dans cette question, c'est qu'on pourrait répondre quelque
chose comme "aujourd'hui, le temps s'écoule 54215254,5428 fois plus
lentement que dans les premieres nanosecondes du Big-Bang", ce qui nous
fait avancer d'un bond de géant...

- He Roger, elle roule à combien ta 205 ?
- J'en sais rien, mais je sais qu'elle roule 2,51 fois moins vite que la Laguna
de mon beau-frère !
- Merci Roger !
Flo.
2004-08-18 14:55:53 UTC
Permalink
Post by zarak
Environ 60 sec/min
Encore que...

Flo. Petition de principe, tout ca...
Theuaah!
2004-08-17 21:29:07 UTC
Permalink
Post by ojo
qu'elle est la vitesse du temps ?
Huhu, question embarrassante sachant que la dite "vitesse" est un rapport
distance/temps ou espace/temps. En fait il faut tout transposé
géométriquement et considérer que le temps n'est rien d'autre qu'un
quatrième « espace »... A mon avis la question n'est pas vraiment « quelle
est la vitesse du temps ? », mais plutôt « quelle est la vitesse de lecture
de l'espace-temps ? » ou peut-être « quelle est la vitesse de lecture de l'
espace par le temps ? » et à parier je dirais que la vitesse de lecture de l
'espace-temps doit pouvoir se trouvé via la vitesse de la lumière, la
localement constante C, mais aussi probablement par des fonctions de la
force de gravité.
Charles
2004-08-17 21:39:08 UTC
Permalink
Post by Theuaah!
Huhu, question embarrassante sachant que la dite "vitesse" est un rapport
distance/temps ou espace/temps. En fait il faut tout transposé
géométriquement et considérer que le temps n'est rien d'autre qu'un
quatrième « espace »...
un quatrième espace? vous ne vous refusez rien, messire.
Charles
Theuaah!
2004-08-17 21:53:15 UTC
Permalink
Post by Charles
un quatrième espace? vous ne vous refusez rien, messire.
Evidement à première vu le temps n'a pas vraiment l'air d'une multiplication
que de l'espace... mais logiquement, ça n'a rien de contradictoire, au
contraire. Je ne crois pas être premier à pensé que les trois premiers
(espaces (dimensions en fait)) que nous connaissons bien depuis Euclide ((X
* Y) * Z) n'étaient que la partie émergé de l'iceberg... (((((X * Y) * Z) *
T) * U) * V) * ...
Flo.
2004-08-17 22:15:32 UTC
Permalink
Post by Charles
un quatrième espace? vous ne vous refusez rien, messire.
Charles
Mathematiquement parlant, cela ne pose aucun probleme. En fait,
mathematiquement parlant, on peut aller infiniment plus loin que les 3
tristes dimensions auxquelles nous semblons confines.

Flo.
R.V. Gronoff
2004-08-18 02:26:45 UTC
Permalink
Post by Flo.
Post by Charles
un quatrième espace? vous ne vous refusez rien, messire.
Charles
Mathematiquement parlant, cela ne pose aucun probleme. En fait,
mathematiquement parlant, on peut aller infiniment plus loin que les 3
tristes dimensions auxquelles nous semblons confines.
Flo.
On peut même aller *légèrement* plus loin que les 3 dimensions.
Vive les espaces à Π dimensions!
Charles
2004-08-18 17:25:16 UTC
Permalink
Post by Flo.
Mathematiquement parlant, cela ne pose aucun probleme. En fait,
mathematiquement parlant, on peut aller infiniment plus loin que les 3
tristes dimensions auxquelles nous semblons confines.
pour quoi faire.
Charles
JKB
2004-08-18 17:56:48 UTC
Permalink
Le 18-08-2004, à propos de
Re: le temps,
Post by Charles
Post by Flo.
Mathematiquement parlant, cela ne pose aucun probleme. En fait,
mathematiquement parlant, on peut aller infiniment plus loin que les 3
tristes dimensions auxquelles nous semblons confines.
pour quoi faire.
Des noeuds au cerveau... C'est ma spécialité ;-)

JKB ----->[]
Flo.
2004-08-18 17:44:19 UTC
Permalink
Post by Charles
pour quoi faire.
Pour comprendre que vous avez tord de consideerer que 4 dimensions ou plus
est une aberration.
Post by Charles
Charles
Flo.
R.V. Gronoff
2004-08-18 23:22:41 UTC
Permalink
Post by Charles
Post by Flo.
Mathematiquement parlant, cela ne pose aucun probleme. En fait,
mathematiquement parlant, on peut aller infiniment plus loin que les 3
tristes dimensions auxquelles nous semblons confines.
pour quoi faire.
Charles
Des trucs de dingues sur ordinateur, comme les metacubes.
R.V. Gronoff
2004-08-18 23:24:13 UTC
Permalink
Post by R.V. Gronoff
Post by Charles
Post by Flo.
Mathematiquement parlant, cela ne pose aucun probleme. En fait,
mathematiquement parlant, on peut aller infiniment plus loin que les 3
tristes dimensions auxquelles nous semblons confines.
pour quoi faire.
Charles
Des trucs de dingues sur ordinateur, comme les metacubes.
http://citeseer.ist.psu.edu/nguyen00conceptual.html
Stirn Her
2004-08-18 23:28:07 UTC
Permalink
Post by R.V. Gronoff
Post by Charles
Post by Flo.
Mathematiquement parlant, cela ne pose aucun probleme. En fait,
mathematiquement parlant, on peut aller infiniment plus loin que les 3
tristes dimensions auxquelles nous semblons confines.
pour quoi faire.
Charles
Des trucs de dingues sur ordinateur, comme les metacubes.
Je trouvais déjà plutôt balaise de pouvoir faire de la 3D sur un écran
en 2 mais si en plus il est possible de faire mieux (même sur des
écrans ultra plats)...
Ca devient dingue !?

Stirn Her.
--
"A la question "Que faire ?" ; une seule réponse : "donner du sens à sa
vie". Stirn Her.
R.V. Gronoff
2004-08-19 02:14:53 UTC
Permalink
Post by Stirn Her
Post by R.V. Gronoff
Post by Charles
Post by Flo.
Mathematiquement parlant, cela ne pose aucun probleme. En fait,
mathematiquement parlant, on peut aller infiniment plus loin que les 3
tristes dimensions auxquelles nous semblons confines.
pour quoi faire.
Charles
Des trucs de dingues sur ordinateur, comme les metacubes.
Je trouvais déjà plutôt balaise de pouvoir faire de la 3D sur un écran
en 2 mais si en plus il est possible de faire mieux (même sur des écrans
ultra plats)...
Ca devient dingue !?
Stirn Her.
Vous savez, il y a aussi un autre exemple de maths chtarbées qui
pourtant marchent dans le monde réel: les nombres complexes.

Rafaîchissement:

On définit i tel que i^2=-1.
Vous répondez illico: "Oui euuuuh, n'importe quoi euuuh, d'abord un
nombre élevé au carré, ça ne peut être que >=0!"

Mais comme on est dans l'espace mathématique, donc purement
intellectuel, on s'en fout: on suppose ce qu'on veut et je te merde.

Donc on a plein de bô nombres complexes du type z=ai+b où a et b sont
des réels et i la fonction précédemment définie.

Dans le monde réel, ce truc de oufs a pourtant deux applications majeures:

1/ Le calcul des variations du courant alternatif.
2/ La géométrie fractale et toutes ses applications, de la 3d de
synthèse aux prévision météo à 5 jours...

Il est à noter que la fonction i, comme π d'ailleurs, ne désigne pas une
réalité rationnelle, mais une fonction trenscendentale. Ce type de
fonctions permet d'établir un rapport entre des sphères de réalités
(même simplement idéales comme le sont les mathématiques pures)
incommensurables.
Stirn Her
2004-08-19 02:29:17 UTC
Permalink
Post by R.V. Gronoff
Post by Charles
Post by Flo.
Mathematiquement parlant, cela ne pose aucun probleme. En fait,
mathematiquement parlant, on peut aller infiniment plus loin que les 3
tristes dimensions auxquelles nous semblons confines.
pour quoi faire.
Charles
Des trucs de dingues sur ordinateur, comme les metacubes.
Je trouvais déjà plutÎt balaise de pouvoir faire de la 3D sur un écran
en 2 mais si en plus il est possible de faire mieux (même sur des écrans
ultra plats)...
Ca devient dingue !?
Stirn Her.
Vous savez, il y a aussi un autre exemple de maths chtarbées qui pourtant
marchent dans le monde réel: les nombres complexes.
On définit i tel que i^2=-1.
Vous répondez illico: "Oui euuuuh, n'importe quoi euuuh, d'abord un nombre
élevé au carré, ça ne peut être que >=0!"
Mais comme on est dans l'espace mathématique, donc purement intellectuel, on
s'en fout: on suppose ce qu'on veut et je te merde.
Je t'en prie : j'suis là pour ça :)
Donc on a plein de bÎ nombres complexes du type z=ai+b où a et b sont des
réels et i la fonction précédemment définie.
1/ Le calcul des variations du courant alternatif.
2/ La géométrie fractale et toutes ses applications, de la 3d de synthÚse
aux prévision météo à 5 jours...
Il est à noter que la fonction i, comme π d'ailleurs, ne désigne pas une
réalité rationnelle, mais une fonction trenscendentale. Ce type de
fonctions permet d'établir un rapport entre des sphÚres de réalités
(même simplement idéales comme le sont les mathématiques pures)
incommensurables.
Ben comme ça je comprends beaucoup mieux : la science aujourd'hui sert
à raconter des tas de conneries ; un peu comme moi, donc...

Stirn Her.
--
"A la question "Que faire ?" ; une seule réponse : "donner du sens à sa
vie". Stirn Her.
Stirn Her
2004-08-19 02:32:11 UTC
Permalink
Post by Stirn Her
Post by R.V. Gronoff
Post by Charles
Post by Flo.
Mathematiquement parlant, cela ne pose aucun probleme. En fait,
mathematiquement parlant, on peut aller infiniment plus loin que les 3
tristes dimensions auxquelles nous semblons confines.
pour quoi faire.
Charles
Des trucs de dingues sur ordinateur, comme les metacubes.
Je trouvais déjà plutÎt balaise de pouvoir faire de la 3D sur un écran
en 2 mais si en plus il est possible de faire mieux (même sur des écrans
ultra plats)...
Ca devient dingue !?
Stirn Her.
Vous savez, il y a aussi un autre exemple de maths chtarbées qui pourtant
marchent dans le monde réel: les nombres complexes.
On définit i tel que i^2=-1.
Vous répondez illico: "Oui euuuuh, n'importe quoi euuuh, d'abord un nombre
élevé au carré, ça ne peut être que >=0!"
Mais comme on est dans l'espace mathématique, donc purement intellectuel,
on s'en fout: on suppose ce qu'on veut et je te merde.
Je t'en prie : j'suis là pour ça :)
Donc on a plein de bÎ nombres complexes du type z=ai+b où a et b sont des
réels et i la fonction précédemment définie.
1/ Le calcul des variations du courant alternatif.
2/ La géométrie fractale et toutes ses applications, de la 3d de
synthÚse aux prévision météo à 5 jours...
Il est à noter que la fonction i, comme π d'ailleurs, ne désigne pas une
réalité rationnelle, mais une fonction trenscendentale. Ce type de
fonctions permet d'établir un rapport entre des sphÚres de réalités
(même simplement idéales comme le sont les mathématiques pures)
incommensurables.
Ben comme ça je comprends beaucoup mieux : la science aujourd'hui sert à
raconter des tas de conneries ; un peu comme moi, donc...
La différence entre nous : c'est qu'elle se prend au sérieux et nous
prend pour des cons !

Stirn Her.
--
"A la question "Que faire ?" ; une seule réponse : "donner du sens à sa
vie". Stirn Her.
Stirn Her
2004-08-19 03:15:42 UTC
Permalink
Post by Stirn Her
Post by R.V. Gronoff
Post by Charles
Post by Flo.
Mathematiquement parlant, cela ne pose aucun probleme. En fait,
mathematiquement parlant, on peut aller infiniment plus loin que les 3
tristes dimensions auxquelles nous semblons confines.
pour quoi faire.
Charles
Des trucs de dingues sur ordinateur, comme les metacubes.
Je trouvais déjà plutÎt balaise de pouvoir faire de la 3D sur un
écran en 2 mais si en plus il est possible de faire mieux (même sur des
écrans ultra plats)...
Ca devient dingue !?
Stirn Her.
Vous savez, il y a aussi un autre exemple de maths chtarbées qui pourtant
marchent dans le monde réel: les nombres complexes.
On définit i tel que i^2=-1.
Vous répondez illico: "Oui euuuuh, n'importe quoi euuuh, d'abord un
nombre élevé au carré, ça ne peut être que >=0!"
Mais comme on est dans l'espace mathématique, donc purement intellectuel,
on s'en fout: on suppose ce qu'on veut et je te merde.
Je t'en prie : j'suis là pour ça :)
Donc on a plein de bÎ nombres complexes du type z=ai+b où a et b sont
des réels et i la fonction précédemment définie.
1/ Le calcul des variations du courant alternatif.
2/ La géométrie fractale et toutes ses applications, de la 3d de
synthÚse aux prévision météo à 5 jours...
Il est à noter que la fonction i, comme π d'ailleurs, ne désigne pas
une réalité rationnelle, mais une fonction trenscendentale. Ce type de
fonctions permet d'établir un rapport entre des sphÚres de réalités
(même simplement idéales comme le sont les mathématiques pures)
incommensurables.
Ben comme ça je comprends beaucoup mieux : la science aujourd'hui sert à
raconter des tas de conneries ; un peu comme moi, donc...
La différence entre nous : c'est qu'elle se prend au sérieux et nous prend
pour des cons !
Stirn Her.
Transcendental : un concept définit par Kant dans sa "Critique de la
Raison pure" ; si mes souvenirs sont bons...

http://www.relst.uiuc.edu/durkheim/Texts/1884a/23.html

Où en est donc la "science" aujourd'hui ?

Stirn Her.
--
"A la question "Que faire ?" ; une seule réponse : "donner du sens à sa
vie". Stirn Her.
Stirn Her
2004-08-19 03:22:28 UTC
Permalink
Post by Stirn Her
Post by R.V. Gronoff
Post by Charles
Post by Flo.
Mathematiquement parlant, cela ne pose aucun probleme. En fait,
mathematiquement parlant, on peut aller infiniment plus loin que les 3
tristes dimensions auxquelles nous semblons confines.
pour quoi faire.
Charles
Des trucs de dingues sur ordinateur, comme les metacubes.
Je trouvais déjà plutÎt balaise de pouvoir faire de la 3D sur un
écran en 2 mais si en plus il est possible de faire mieux (même sur
des écrans ultra plats)...
Ca devient dingue !?
Stirn Her.
Vous savez, il y a aussi un autre exemple de maths chtarbées qui
pourtant marchent dans le monde réel: les nombres complexes.
On définit i tel que i^2=-1.
Vous répondez illico: "Oui euuuuh, n'importe quoi euuuh, d'abord un
nombre élevé au carré, ça ne peut être que >=0!"
Mais comme on est dans l'espace mathématique, donc purement
intellectuel, on s'en fout: on suppose ce qu'on veut et je te merde.
Je t'en prie : j'suis là pour ça :)
Donc on a plein de bÎ nombres complexes du type z=ai+b où a et b sont
des réels et i la fonction précédemment définie.
1/ Le calcul des variations du courant alternatif.
2/ La géométrie fractale et toutes ses applications, de la 3d de
synthÚse aux prévision météo à 5 jours...
Il est à noter que la fonction i, comme π d'ailleurs, ne désigne pas
une réalité rationnelle, mais une fonction trenscendentale. Ce type de
fonctions permet d'établir un rapport entre des sphÚres de réalités
(même simplement idéales comme le sont les mathématiques pures)
incommensurables.
Ben comme ça je comprends beaucoup mieux : la science aujourd'hui sert à
raconter des tas de conneries ; un peu comme moi, donc...
La différence entre nous : c'est qu'elle se prend au sérieux et nous prend
pour des cons !
Stirn Her.
Transcendental : un concept définit par Kant dans sa "Critique de la Raison
pure" ; si mes souvenirs sont bons...
http://www.relst.uiuc.edu/durkheim/Texts/1884a/23.html
Où en est donc la "science" aujourd'hui ?
Mis à part à ruminer les à priori Kantien depuis longtemps dépassés par
les véritables philosophes...

Stirn Her.
--
"A la question "Que faire ?" ; une seule réponse : "donner du sens à sa
vie". Stirn Her.
Stirn Her
2004-08-19 03:45:30 UTC
Permalink
Post by Stirn Her
Post by R.V. Gronoff
Post by Charles
Post by Flo.
Mathematiquement parlant, cela ne pose aucun probleme. En fait,
mathematiquement parlant, on peut aller infiniment plus loin que les 3
tristes dimensions auxquelles nous semblons confines.
pour quoi faire.
Charles
Des trucs de dingues sur ordinateur, comme les metacubes.
Je trouvais déjà plutÎt balaise de pouvoir faire de la 3D sur un
écran en 2 mais si en plus il est possible de faire mieux (même sur
des écrans ultra plats)...
Ca devient dingue !?
Stirn Her.
Vous savez, il y a aussi un autre exemple de maths chtarbées qui
pourtant marchent dans le monde réel: les nombres complexes.
On définit i tel que i^2=-1.
Vous répondez illico: "Oui euuuuh, n'importe quoi euuuh, d'abord un
nombre élevé au carré, ça ne peut être que >=0!"
Mais comme on est dans l'espace mathématique, donc purement
intellectuel, on s'en fout: on suppose ce qu'on veut et je te merde.
Je t'en prie : j'suis là pour ça :)
Donc on a plein de bÎ nombres complexes du type z=ai+b où a et b sont
des réels et i la fonction précédemment définie.
1/ Le calcul des variations du courant alternatif.
2/ La géométrie fractale et toutes ses applications, de la 3d de
synthÚse aux prévision météo à 5 jours...
Il est à noter que la fonction i, comme π d'ailleurs, ne désigne pas
une réalité rationnelle, mais une fonction trenscendentale. Ce type de
fonctions permet d'établir un rapport entre des sphÚres de réalités
(même simplement idéales comme le sont les mathématiques pures)
incommensurables.
Ben comme ça je comprends beaucoup mieux : la science aujourd'hui sert à
raconter des tas de conneries ; un peu comme moi, donc...
La différence entre nous : c'est qu'elle se prend au sérieux et nous prend
pour des cons !
Stirn Her.
Transcendental : un concept définit par Kant dans sa "Critique de la Raison
pure" ; si mes souvenirs sont bons...
http://www.relst.uiuc.edu/durkheim/Texts/1884a/23.html
Où en est donc la "science" aujourd'hui ?
Mis à part à ruminer les à priori Kantien depuis longtemps dépassés par les
véritables philosophes*...
Stirn Her.
*Kierkegaard, Nietzsche, Husserl, Bergson, Heidegger, Sartre,
Jankélévitch, Deleuze etc...
Les vrais penseurs : pas les créateurs de jeux vidéos ;)

Stirn Her.
--
"A la question "Que faire ?" ; une seule réponse : "donner du sens à sa
vie". Stirn Her.
R.V. Gronoff
2004-08-19 17:37:34 UTC
Permalink
Post by Stirn Her
Transcendental : un concept définit par Kant dans sa "Critique de la
Raison pure" ; si mes souvenirs sont bons...
Non, ça c'est transcendAntal = ce qui est du domaine de la conscience.
TranscendEntal désigne une quantité qui ne peut être mesurée, comme la
racine carrée de 2, la fonction Pi ou notre désormais fameux i.
Stirn Her
2004-08-19 18:03:09 UTC
Permalink
Post by R.V. Gronoff
Transcendental : un concept définit par Kant dans sa "Critique de la Raison
pure" ; si mes souvenirs sont bons...
Non, ça c'est transcendAntal = ce qui est du domaine de la conscience.
TranscendEntal désigne une quantité qui ne peut être mesurée, comme la racine
carrée de 2, la fonction Pi ou notre désormais fameux i.
De mieux en mieux donc : la science s'est même appropriée un néologisme
en changeant le a par le e d'un concept déjà existant.
(Je n'ai qu'un seul "transcendantal" moi dans mon Petit Robert 2003)
En tous cas merci pour l'info.

Stirn Her.
--
"A la question "Que faire ?" ; une seule réponse : "donner du sens à sa
vie". Stirn Her.
Elveto, artiste-ingénieur en némotechnique
2004-08-19 18:11:57 UTC
Permalink
Post by R.V. Gronoff
Non, ça c'est transcendAntal = ce qui est du domaine de la conscience.
TranscendEntal désigne une quantité qui ne peut être mesurée, comme la
racine carrée de 2, la fonction Pi ou notre désormais fameux i.
Ouf, confusions multiples. D'abord les nombres s'organisent en systèmes plus
ou moins vastes, et pour situer les trois que vous citez, l'ensemble pertinent
le plus vaste est celui des nombres complexes, parmi lesquels on distingue
(notamment) les réels et les imaginaires, c'est à ces derniers qu'appartient i.

Pour ce qui est de sqrt(2) et de Pi (qui n'est pas une fonction), ils
appartiennent tous deux aux nombres réels et sont exemplaires de deux façons
différentes de scinder ceux-ci en deux classes :

[1] Ceux qui peuvent être exprimés comme rapport de deux entiers, et ceux qui
ne le peuvent pas, soit les RATIONNELS et les IRRATIONNELS. Racine carrée de 2
et Pi sont tous deux irrationnels.

[2] Ceux qui sont solution d'une équation polynomiale à coefficients entiers,
et ceux qui ne le sont pas, qu'on appelle ALGEBRIQUES et TRANSCENDANTS.

Racine carrée de 2 est algébrique, puisque solution de x^2 - 2 = 0. De fait,
si l'on étend cette façon de scinder les nombres aux nombres complexes, i est
lui aussi algébrique, puisque solution de x^2 + 1 = 0.

Pi seul est transcendant (et non pas transcendental).

Enfin la théorie de la mesure sous-entendue par le fait d'en dire "qu'ils ne
peuvent pas être mesurés" est plutôt discutable, mais bref.
Stirn Her
2004-08-19 18:19:44 UTC
Permalink
Après mure réflexion, Elveto, artiste-ingénieur en némotechnique a
Post by Elveto, artiste-ingénieur en némotechnique
Post by R.V. Gronoff
Non, ça c'est transcendAntal = ce qui est du domaine de la conscience.
TranscendEntal désigne une quantité qui ne peut être mesurée, comme la
racine carrée de 2, la fonction Pi ou notre désormais fameux i.
Ouf, confusions multiples. D'abord les nombres s'organisent en systèmes plus
ou moins vastes, et pour situer les trois que vous citez, l'ensemble
pertinent le plus vaste est celui des nombres complexes, parmi lesquels on
distingue (notamment) les réels et les imaginaires, c'est à ces derniers
qu'appartient i.
Pour ce qui est de sqrt(2) et de Pi (qui n'est pas une fonction), ils
appartiennent tous deux aux nombres réels et sont exemplaires de deux façons
[1] Ceux qui peuvent être exprimés comme rapport de deux entiers, et ceux qui
ne le peuvent pas, soit les RATIONNELS et les IRRATIONNELS. Racine carrée de
2 et Pi sont tous deux irrationnels.
[2] Ceux qui sont solution d'une équation polynomiale à coefficients entiers,
et ceux qui ne le sont pas, qu'on appelle ALGEBRIQUES et TRANSCENDANTS.
Racine carrée de 2 est algébrique, puisque solution de x^2 - 2 = 0. De fait,
si l'on étend cette façon de scinder les nombres aux nombres complexes, i est
lui aussi algébrique, puisque solution de x^2 + 1 = 0.
Pi seul est transcendant (et non pas transcendental).
Enfin la théorie de la mesure sous-entendue par le fait d'en dire "qu'ils ne
peuvent pas être mesurés" est plutôt discutable, mais bref.
Mais qu'aie-je ouï... : j'aurais donc été induit en erreur :)

Stirn Her.
--
"A la question "Que faire ?" ; une seule réponse : "donner du sens à sa
vie". Stirn Her.
R.V. Gronoff
2004-08-19 21:54:03 UTC
Permalink
Post by Elveto, artiste-ingénieur en némotechnique
Pi seul est transcendant (et non pas transcendental).
Enfin la théorie de la mesure sous-entendue par le fait d'en dire
"qu'ils ne peuvent pas être mesurés" est plutôt discutable, mais bref.
Je bosse dans un collège, moi, pas dans un lycée. Faudra que je pique un
bouquin de maths de terminales en septembre...
Stirn Her
2004-08-19 22:10:33 UTC
Permalink
Post by R.V. Gronoff
Post by Elveto, artiste-ingénieur en némotechnique
Pi seul est transcendant (et non pas transcendental).
Enfin la théorie de la mesure sous-entendue par le fait d'en dire "qu'ils
ne peuvent pas être mesurés" est plutôt discutable, mais bref.
Je bosse dans un collège, moi, pas dans un lycée. Faudra que je pique un
bouquin de maths de terminales en septembre...
Oh ça, c'est petit comme excuse : vraiment très petit.
Reconnaissez au moins que vous avez voulu faire gober n'importe quelle
foutaise à un non-scientifique.
Heureusement qu'il en est (des scientifiques) qui possèdent quelque
honnêteté intellectuelle (en dépit de leur science qui, "sans
conscience n'est que ruine de l'âme" [Rabelais]).

Stirn Her.
--
"A la question "Que faire ?" ; une seule réponse : "donner du sens à sa
vie". Stirn Her.
Spendius
2004-08-20 09:44:41 UTC
Permalink
Post by Stirn Her
honnêteté intellectuelle (en dépit de leur science qui, "sans
conscience n'est que ruine de l'âme" [Rabelais]).
^^^^^^^^
Non: Pascal.
Stirn Her
2004-08-20 10:04:26 UTC
Permalink
Post by Spendius
Post by Stirn Her
honnêteté intellectuelle (en dépit de leur science qui, "sans
conscience n'est que ruine de l'âme" [Rabelais]).
^^^^^^^^
Non: Pascal.
Non : Rabelais (Pantagruel, Chap. VIII)

Stirn Her.
--
"A la question "Que faire ?" ; une seule réponse : "donner du sens à sa
vie". Stirn Her.
ojo
2004-08-18 06:56:14 UTC
Permalink
Post by Theuaah!
Post by ojo
qu'elle est la vitesse du temps ?
Huhu, question embarrassante sachant que la dite "vitesse" est un rapport
distance/temps ou espace/temps. En fait il faut tout transposé
géométriquement et considérer que le temps n'est rien d'autre qu'un
quatrième « espace »... A mon avis la question n'est pas vraiment « quelle
est la vitesse du temps ? », mais plutôt « quelle est la vitesse de lecture
de l'espace-temps ? » ou peut-être « quelle est la vitesse de lecture de l'
espace par le temps ? » et à parier je dirais que la vitesse de lecture de l
'espace-temps doit pouvoir se trouvé via la vitesse de la lumière, la
localement constante C, mais aussi probablement par des fonctions de la
force de gravité.
oui , j'apprécie parce que vous faites intervenir un lecteur de
l'espace-temps
et/ou vous personnalisez le temps qui lit la vitesse de l'espace .
serait-ce un seul lecteur qui lui donne sa vitesse ?

j'aurais tendance à penser que nous n'avons "que" du temps .
personnellement, ce serait notre seule propriété .
notre chance aussi ou notre malchance si nous sommes bousculés par les
heures .
notre temps faisant office de miroir .

ojo
Theuaah!
2004-08-18 11:05:36 UTC
Permalink
Post by ojo
oui , j'apprécie parce que vous faites intervenir un lecteur de
l'espace-temps
et/ou vous personnalisez le temps qui lit la vitesse de l'espace .
serait-ce un seul lecteur qui lui donne sa vitesse ?
j'aurais tendance à penser que nous n'avons "que" du temps .
personnellement, ce serait notre seule propriété .
notre chance aussi ou notre malchance si nous sommes bousculés par les
heures .
notre temps faisant office de miroir .
Cependant notez que j'ai bien proposé deux questions pour deux modèles
différent, dans un premiers cas c'est l'espace-temps tout entier qui est lu
par un lecteur tiers. Dans l'autre cas c'est l'espace qui est lu par le
temps (ce qui géométriquement et conceptuellement est plus simple a mettre
en oeuvre, mais pas forcément plus juste)

Dans le second cas, le plus simple, je suppose que l'espace-temps est en
quelque sorte quatre dimensions imbriqué chacune perpendiculaire à l'autre
et qu'ici, Le lecteur de l'espace, ne serait autre que le temps, qui en fait
traverse l'espace perpendiculairement à tout ses axes. ça serait comme une
bande ou un fluide dimensionnel qui ne contiens pas réellement d'
information, sorte de simple outils géométrique, qui traverse l'espace
(fixe) pour lui permettre de « jouer » c'est a dire de se mouvoir et de
créer les interactions de forces et causalité qu'on lui connais.

Dans le premier cas, je considère que le l'espace est multiplié par le
temps, l'espace est donc en quelque sorte "volumetriser" (mais en 4D) par le
temps. l'espace*temps (et non espace-temps) serait donc comme un énorme
boudin précalculé (mais attention !) où l'espace est une tranche multiplié
par la longueur du temps. Ici le problème de la lecture, du fonctionnement
de la lecture se pose tout a fait différemment, car dans ce cas, le temps n'
est plus du tout en mouvement, le temps est fixe, il est comme l'espace, il
EST l'espace mais dans une extension géométrique supérieur. Cela ne peut
donc pas être le temps qui fait mouvoir l'espace. Dans une telle
configuration le seul moyen d'obtenir le genre de vision que nous
connaissons, est de mètre en place un observateur, c'est dans ce cas que le
lecteur du temps, n'est autre que cet observateur du temps qui en réalité
traverse à une vitesse donnée, boudin espace*temps sur une longueur de temps
déterminé (ou non ( !?)). Le second problème qui va faire hurler plusieurs
personne, c'est le fait que dans ce cas, le futur, le passé, tout est écris
à l'avance. Alors en réalité, pour palier a ce probleme d'écriture à l'
avance, il suffit de créer une 5 ieme dimension qui va "volumetriser" l'
espace*temps pour lui permettre de multiplier cette fois, non pas en espace
ni en temps, mais en « réalités ». cela donne donc un espace*temps*réalités.
Par un phénomène complexe (ou simple) l'être humain serait un voyageur tête
de lecture/écriture de l'espace*temps*réalité, écrivant à chaque instant (ou
pas, ou progression dans le temps) des données qui créons une nouvelle
bifurcation de l'espace*temps qui s'exprimeront dans la 5 ieme dimension
sous forme de réalité dite « parallèle ».

(et comme d'habitude je me suis laché)
ojo
2004-08-18 12:34:04 UTC
Permalink
Post by Theuaah!
(et comme d'habitude je me suis laché)
eh bien ca doit faire du bien :-))
yety38
2004-08-18 06:50:11 UTC
Permalink
Post by ojo
qu'elle est la vitesse du temps ?
celle qui nous permet d'arriver à la mort
A+
ojo
2004-08-18 07:04:53 UTC
Permalink
Post by yety38
Post by ojo
qu'elle est la vitesse du temps ?
celle qui nous permet d'arriver à la mort
A+
bonjour A,
vous dites la mort , d'accord
si celle si nous appartient ?
ojo
yety38
2004-08-18 09:44:52 UTC
Permalink
Post by ojo
Post by yety38
Post by ojo
qu'elle est la vitesse du temps ?
celle qui nous permet d'arriver à la mort
A+
bonjour A,
vous dites la mort , d'accord
si celle ci nous appartient ?
ojo
$$ oui
ojo
2004-08-18 10:04:13 UTC
Permalink
Post by ojo
Post by yety38
Post by ojo
qu'elle est la vitesse du temps ?
celle qui nous permet d'arriver à la mort
A+
bonjour A,
vous dites la mort , d'accord
si celle ci nous appartient ?
ojo
$$ oui
ah j'ai gagné deux $$ :-)
yety38
2004-08-18 11:57:11 UTC
Permalink
Post by ojo
Post by ojo
Post by yety38
Post by ojo
qu'elle est la vitesse du temps ?
celle qui nous permet d'arriver à la mort
A+
bonjour A,
vous dites la mort , d'accord
si celle ci nous appartient ?
ojo
$$ oui
ah j'ai gagné deux $$ :-)
C'est pas sur je suis fauché comme les blés
A+
Rubato
2004-08-18 06:39:53 UTC
Permalink
Post by ojo
qu'elle est la vitesse du temps ?
Le temps n'a pas de vitesse. Il ne se déplace pas d'un point à un autre en
fonction de lui-même.

--

--
0% de pub! Que du bonheur et des vrais adhérents !
Vous aussi inscrivez-vous sans plus tarder!!
Message posté à partir de http://www.gyptis.org, BBS actif depuis 1995.
Rubato
2004-08-18 06:43:07 UTC
Permalink
Post by Rubato
Post by ojo
qu'elle est la vitesse du temps ?
Le temps n'a pas de vitesse. Il ne se déplace pas d'un point à un autre en
fonction
Trop vite écrit : lire "par rapport à" lui-même et non "en fonction de"
lui-même.


--

--
0% de pub! Que du bonheur et des vrais adhérents !
Vous aussi inscrivez-vous sans plus tarder!!
Message posté à partir de http://www.gyptis.org, BBS actif depuis 1995.
ojo
2004-08-18 12:30:28 UTC
Permalink
le soleil diffuse ses grains un à un
et impassible éclaire notre cellule

trop tard quel chagrin
trop tôt quelle brulure

craindre le soleil
le respecter pour être
en phase avec les secondes
qu'il nous donne .
Rubato
2004-08-18 13:00:36 UTC
Permalink
Post by ojo
le soleil diffuse ses grains un à un
et impassible éclaire notre cellule
trop tard quel chagrin
trop tôt quelle brulure
craindre le soleil
le respecter pour être
en phase avec les secondes
qu'il nous donne .
Il est long le temps des hommes en cellule
Et la course du soleil est un battement d'horloge
dans la tête.
Tic, je suis
Tac, je meurs.
Dong.


--

--
0% de pub! Que du bonheur et des vrais adhérents !
Vous aussi inscrivez-vous sans plus tarder!!
Message posté à partir de http://www.gyptis.org, BBS actif depuis 1995.
ojo
2004-08-18 14:12:40 UTC
Permalink
Post by Rubato
Il est long le temps des hommes en cellule
Et la course du soleil est un battement d'horloge
dans la tête.
Tic, je suis
Tac, je meurs.
Dong.
non, ne pas mourir .
entre le tic et le tac
là nous mourrons
et ceci fait avancer l'horloge
vivante .
Rubato
2004-08-18 15:06:35 UTC
Permalink
Post by ojo
non, ne pas mourir .
entre le tic et le tac
là nous mourrons
et ceci fait avancer l'horloge
vivante .
:-)
Ni vivant, ni mort
Entre le tic et le tac, le vide
Là, l'horloge s'arrête
Laissant la vie hors du temps.

--

--
0% de pub! Que du bonheur et des vrais adhérents !
Vous aussi inscrivez-vous sans plus tarder!!
Message posté à partir de http://www.gyptis.org, BBS actif depuis 1995.
Eric Frigot
2004-08-18 23:57:15 UTC
Permalink
Post by ojo
qu'elle est la vitesse du temps ?
sans considération formelle, le temps émane
du changement. Quand est apparu ce mot ?

Dans combien de temps ?

je me dis que le temps est apparu par nécessité,
je vais chasser le sanglier, le temps que je
revienne tu auras préparé le feu. Le temps est
comparaison.

formellement, je peux compter jusqu'à 10 le temps
d'aller à mon frigo, de prendre une bière et de
revenir sur mon fauteuil. Il y a encore comparaison.

sans observateur avec son chrono ou son feu de bois,
pas de temps.

le temps n'a pas de vitesse, que des conventions.
le temps qui passe n'est jamais vécu de la même façon.
Aucune de nos journées n'a la même durée.

Eric
ojo
2004-08-19 07:44:23 UTC
Permalink
Post by Eric Frigot
Post by ojo
qu'elle est la vitesse du temps ?
sans considération formelle, le temps émane
du changement. Quand est apparu ce mot ?
Dans combien de temps ?
je me dis que le temps est apparu par nécessité,
je vais chasser le sanglier, le temps que je
revienne tu auras préparé le feu. Le temps est
comparaison.
formellement, je peux compter jusqu'à 10 le temps
d'aller à mon frigo, de prendre une bière et de
revenir sur mon fauteuil. Il y a encore comparaison.
sans observateur avec son chrono ou son feu de bois,
pas de temps.
le temps n'a pas de vitesse, que des conventions.
le temps qui passe n'est jamais vécu de la même façon.
Aucune de nos journées n'a la même durée.
Eric
aujourd'hui, je n'ai pas le temps de creuser .
juste une idée qui m'est venue en passant :
selon la grandeur le temps varie ;
rapide au bas de l'échelle
et très lent à l'échelle galactique . en gros .
sachant que le temps galactique contient le temps quantique
j'imaginais qu'il y a une échelle des temps
qui conservent leur axe unique, ce qu'on nomme le temps
mais qui est en fait immobile . verticalement .
le temps serait selon cet axe, substantiel
et sa substance nous transperce comme une flèche .
le temps serait un primus motor, vu comme ça ?

autrement dit le temps serait une manière qu'a l'éternité de faire tourner
la machine .


nous ne sommes pas traversés de la même manière
ce qui expliquerait pourquoi nous avons un sentiment des durées variables .
@+
Eric Frigot
2004-08-19 17:24:32 UTC
Permalink
Post by ojo
aujourd'hui, je n'ai pas le temps de creuser .
selon la grandeur le temps varie ;
Il varie pour qui ? Quelle est la nature de cette variation ?
Post by ojo
rapide au bas de l'échelle
et très lent à l'échelle galactique . en gros .
sachant que le temps galactique contient le temps quantique
j'imaginais qu'il y a une échelle des temps
qui conservent leur axe unique, ce qu'on nomme le temps
mais qui est en fait immobile . verticalement .
le temps serait selon cet axe, substantiel
et sa substance nous transperce comme une flèche .
le temps serait un primus motor, vu comme ça ?
Pas vraiment, le temps que vous me communiquez est formel,
une vue de l'esprit.
Post by ojo
autrement dit le temps serait une manière qu'a l'éternité de faire tourner
la machine .
je dirais plutot que le temps est la manière que nous avons de voir
l'éternité faire tourner la machine, je ne vois pour le moment pas
plus loin que la notion de comparaison.
Post by ojo
[...]
Eric
straph
2004-08-19 10:16:04 UTC
Permalink
"Eric Frigot"
Post by Eric Frigot
le temps n'a pas de vitesse, que des conventions.
le temps qui passe n'est jamais vécu de la même façon.
Aucune de nos journées n'a la même durée.
Hautement subjectif, effectivement.
Le temps n'a de réalité que par rapport au devenir de l'homme.
no
2004-08-19 10:19:24 UTC
Permalink
Bonjour,
Post by straph
Le temps n'a de réalité
que par rapport au devenir de l'homme.
Pas bete...
Je propose l'eradication totale de l'espece humaine pour verifier cette
proposition.


Cordialement,


no.
straph
2004-08-19 12:26:27 UTC
Permalink
"no" <
Post by no
Post by straph
Le temps n'a de réalité
que par rapport au devenir de l'homme.
Pas bete...
Je propose l'eradication totale de l'espece humaine pour verifier cette
proposition.
... le mental, ça suffira.
RAY
2004-08-19 15:11:18 UTC
Permalink
la vitesse du temps est proportionnelle
au fantsme qu'on projette à son endroit.
Post by ojo
qu'elle est la vitesse du temps ?
Continuer la lecture sur narkive:
Loading...